Le 33ème Dimanche B 2018 A.D.

Ne vous en déplaise: un au-delà éternel
Et anciens sacrifices incapables d’enlever les péchés!
(Dan 12, 1-3; Hé 10, 11- 18)
(par P. P. Madros)

Une éternité “éternelle”!
Beaucoup de chrétiens n’y croient pas! Mais alors, “si Christ n’est pas ressuscité, les morts non plus ne ressusciteront pas, et nous serions les plus malheureux parmi les hommes!” (1 Cor 15, 13 ss). En effet, pourquoi nous priver, nous sacrifier, combattre nos convoitises s’il n’y a pas d’au-delà? C’est un tout petit peu comme les fidèles musulmans prêts à s’immoler et se faire exploser. Il y aurait beaucoup moins d’enthousiasme s’il n’y avait pas dans la djannah (jardin) des vierges aux yeux noirs! Quelle déception si l’interprétation de “huri” au sens syriaque de “raisins blancs” (comme suggère Luxemberg) s’avérait correcte au lieu du sens arabe, présumé, de “vierges aux yeux noirs”!
Voici le livre de Daniel, clair comme le ciel pour Juifs et chrétiens: “Beaucoup (hébraIsme pour dire tous) de ceux qui dormaient dans la poussière de la terre (pléonasme) se réveilleront: les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles”. Jésus fait écho: “Ceux qui ont fait de bonnes œuvres (donc la foi seule ne suffit pas) sortiront pour la résurrection de la vie, et ceux qui ont commis des maux: à la résurrection de la damnation” (Jn 5, 28- 29 ), résurrection dans les deux cas, pas annihilation pour les méchants, comme le voudraient Adventistes et Témoins de Jéhovah. Ceux-ci falsifient, dans Matt 25, 46 en “coupure” le mot grec kolasis κόλασις qui signifie “châtiment, tourment”: “Ils s’en iront au châtiment éternel, tandis que les justes entreront dans la vie éternelle”.

Inefficacité des anciens sacrifices (Hé 10, 11 s)
Mais Jésus, Prêtre, Sacrifice et Autel, est l’Agneau immolé qui enlève le péché du monde. Déjà, dans le Talmud babylonien, un texte mystérieux de Yoma 39 , à propos du Yom Kippour, Jour de l’expiation, dit: “Quarante ans déjà avant la destruction du Temple, la lumière de brillait plus (dans le Sactuaire)…”, les sacrifices n’étaient plus acceptés: ce qui coïncide avec le Sacrifice de Jésus, en l’an 30 ap. J.-C.

Conclusion
Ne sacrifions pas les autres, sous peine de profaner le Temple de Dieu!

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.