Le 6ème Dimanche C, 2019 A.D.

“Bienheureux vous les pauvres”, les “gilets jaunes”!

( Lc 6, 17- 26)

(par P. P. Madros)

Quelques exégètes qui se cassent et nous cassent la tête !

Ils ont des insomnies et se demandent : « Jésus a- t-il prononcé la béatitude, la félicitation, comme la rapporte saint Matthieu : « Heureux les pauvres en esprit », à la troisième personne du pluriel, ou bien comme dans Luc : « Bienheureux vous les pauvres » ? Nous, les Orientaux, parents du Christ et de la Vierge, nous n’avons aucun problème à penser que Jésus a utilisé les deux formules, en des lieux et des circonstances différents, le thème étant actuel et brûlant ! La formule de Luc est plus directe. Elle est concrète : ces miséreux se trouvaient devant le Christ et avec Lui. Il fallait s’adresser à eux, dans un « nous » cordial, sous peine de devenir un stoïcien laconique qui vit dans une tour d’ivoire.

Bref, l’idée est aussi claire que bouleversante. Aucun sage, ni avant Jésus ni après Lui, n’a jamais béatifié les pauvres. L’imam Ali bin Abi Talib disait : « Si la pauvreté devait un jour se présenter à moi dans la forme d’un homme, je la (le) tuerais » ! Dans plusieurs langues, « pauvre » signifie une misère matérielle et morale, ce qui expliquerait le «en esprit » rapporté par Matthieu. En arabe dialectal, en Palestine, Jordanie, Liban etc, le mot « mabsout مبسوط » signifie initialement heureux, et par dérivation : riche, aisé. Il paraît qu’en dialecte irakien il veuille dire : « copieusement battu », ce qui nous rappelle « Le médecin malgré lui » de Molière où une épouse, bien malmenée par le mari, s’oppose à ceux qui voulaient la défendre : « Et s’il me plaît à moi d’être battue ?! »

 

Heureux les gilets jaunes !

Ce sont les pauvres français ou les français pauvres contemporains. Ils ne vivent pas seulement en France (de moins en moins leur pays et leur ‘chez eux’) mais dans beaucoup d’autres pays d’Europe occidentale aussi ! Or, les « pauvres » des autres continents y émigraient et émigrent toujours pour leur gagne-pain. Ceux-ci n’ont aucune envie de se plaindre : la plupart d’entre eux ne travaillent pas, ne paient pas de taxes, et reçoivent tout (Cela nuit-il d’évoquer à nouveau la constatation du journaliste algérien, Yahya Abouzakaria que le 80 pour cent des musulmans en Europe vit sur l’aide sociale ?)

Il s’agit de l’une des raisons les plus fortes de la paupérisation des citoyens européens. Pas besoin de donner les chiffres astronomiques dépensés sur les « migrants et les réfugiés ». Or, la charité bien ordonnée commence par soi-même. Mais, grâce à la dictature du politiquement correct, personne ou presque ne lie une grande part de la récente pauvreté aux migrants, réfugiés etc, dictature qui n’autorise pas non plus à « faire l’amalgame » entre terrorisme djihadiste et islam ». Il est cependant vrai dans cette histoire d’amalgame alchimique, qu’il ne faut pas généraliser à tous les musulmans le terrorisme, bien qu’il existe en toutes lettres dans le Coran (8 : 60).

 

Conclusion

Rien ne fonctionne des Béatitudes, comme dans les aspects de la charité fraternelle, sans la justice, sans le « Bienheureux les justes, celles et ceux qui ont faim et soif de justice », tels les gilets jaunes ! Il n’y a pas de charité sans équité, car « la charité ne se réjouit pas dans l’injustice mais dans la vérité » (1 Cor 13, 6).

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.