Le 5 ème Dimanche de Pâques C

Courage, disciples !   (Ac 14, 21-27 ; Jn 13,31 s)

(P. P. Madros)

 

Les apôtres – surtout Paul et Barnabé- « affermissaient le courage des disciples »

C’est actuel ! Nous aussi, disciples d’aujourd’hui, en Orient comme en Occident, nous avons besoin d’être affermis ! Inutile de faire la politique de l’autruche : ici et là, le « monde » veut nous éliminer (même physiquement parfois) ou nous décimer. Avec les armes, avec les idées destructrices de la famille, du vrai couple, bien entendu hétérosexuel et monogame, « on » veut en finir avec la présence et l’influence chrétiennes ! Ici, nous ne faisons preuve ni de « victimisme » ni de paranoïa : les faits sont là : depuis des siècles en Orient, depuis des décades en Occident, sans oublier les grands mouvements antichrétiens des idéologies athées et agnostiques, l’on vise à détruire la foi (chrétienne, bien sûr !) et les mœurs.

Peu importe s’il s’agit d’Antioche de Pisidie ou d’Antioche de Syrie, toutes les deux se trouvent (si je ne m’abuse) dans une Turquie si peu chrétienne depuis 1453. Et l’enlèvement des deux évêques orthodoxes a été annoncé par le ou les Patriarcats d’Antioche (byzantin et syriaque). Donc, courage Chrétiens, malgré tout, en Syrie comme en France et ailleurs !

 

Vous avez dit « Paul et Barnabé » ?

Oui ! Un petit excursus ne serait pas inutile ici ! Pour « le commun des chrétiens » surtout occidentaux, saint Barnabé de Chypre est presque un illustre inconnu , un personnage qui ne casse rien, sauf qu’il a été responsable d’un petit démêlé entre Paul et Marc, paraît-il. Mais à part ce « fait divers », cet ex-lévite chypriote ne suscite aucun intérêt ni polémique, contrairement à l’Orient où le monde musulman fait du bruit autour de ce personnage, souverainement ignoré par le Coran. Eh bien , figurez-vous qu’un soi-disant « évangile de Barnabé » existe , à distinguer de la « Lettre de Barnabé » que l’histoire des apocryphes chrétiens connaît. Nous avons affaire carrément à un faux du Moyen- Age (du 13 ème au 15 ème siècle), rédigé dans une langue européenne, l’italien ou l’espagnol, avec des notes marginales dans un arabe défectueux. Le faux écrit fait dire à Jésus des prophéties sur Mahomet. Sommairement, la fabrication ne tient pas debout : d’abord parce que le monde musulman, comme le juif, ne tolère pas saint Paul de Tarse dont Barnabé était le compagnon et le disciple. Ensuite, parce que le livre, forgé bien loin de la Palestine, contient des erreurs gigantesques et grotesques , par exemple en mettant Nazareth au bord de la mer (chapitre 9), la naissance de Jésus sous Ponce-Pilate (chapitre 3), la présence de « pharisiens du temps d’Elie » etc ! Et nous vous en passons !

Argument plus décisif pour les Musulmans : ce soi-disant évangile contredit le Coran lui-même en déclarant que Mahomet serait le Messie, que l’enfer serrait provisoire et que la stricte monogamie est la loi divine inaliénable (contrairement au Coran 4 : 3).

 

Quelles conclusions pour notre vie spirituelle ?

En partant des lectures et des évènements, nous pouvons tirer quelques conclusions, sans prétendre qu’elles sont les seules ou les plus primordiales ou les plus judicieuses :

  • « Il nous faut passer par beaucoup de tribulations avant d’entrer dans le Royaume ». En Orient comme en Occident, par des procédés différents, le Christianisme – et en particulier l’Eglise catholique – est combattu parfois persécuté, même physiquement. Nous prendrons « l’arme de la foi » pas l’arme des armes sauf pour la légitime défense en cas de véritable danger grave.
  • Comme les apôtres et les premiers disciples, prions et jeûnons !
  • Veillons à ce que nous ayons « des presbytres (des prêtres) dans chaque ville » : une exigence et un désir si difficiles à réaliser, surtout quand nous savons qu’en France par exemple nous avons un seul prêtre pour cinq paroisses ou plus ! (Par contre, l’on peut dénoncer une certaine « inflation de prêtres » à Rome ou à Jérusalem !)
  • Nous attacher plus que jamais au mariage chrétien et, pourquoi pas , « croître et nous multiplier », toujours dans le cadre du saint lien du Mariage, en saine réaction aussi contre les insanités et les périls de la « génération assistée », des manipulations génétiques et de « l’adoption » de pauvres enfants (toujours les enfants des autres !) par des « couples » gay !
  • Mieux connaître le monde musulman pour mieux dialoguer et coexister avec lui, l’ignorance n’ayant jamais été bénéfique !

 

 

Conclusion

Avec un dernier mot sur l’Evangile de saint Jean (chap. 13, 31 -35) rapportant le commandement de l’amour, complétons « la vérité par la charité » (Eph 4, 15) et vice versa, et « la charité par la justice » (d’après 1 Cor 13, 6) sous peine d’affaiblir la foi, ou de la rendre floue et élastique (sous prétexte d’amour pour les autres qui ne la partagent pas !), sous peine de trahir le Christ- Vérité, et l’Eglise, « maison du Dieu vivant, elle-même colonne et angle de la vérité » (1 Tim 3, 15).

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.