Le 7 ème Dimanche de Pâques C

L’équilibre chrétien entre ciel et terre

(Ac 1, 1-11 ; Lc 24, 46- 53 ; Ac 7, 55 – 60 ; Ap 22, 12-20 ; Jn 17, 20 – 26)

(par P.P. Madros)

 

L’Ascension : un salut de Jérusalem !

Aujourd’hui, jeudi de l’Ascension : jour ordinaire en pays « de tradition chrétienne ». Au Mont des Oliviers, seule fois pendant l’année, les pauvres Pères Franciscains et autres officiants peuvent célébrer la Messe à l’intérieur du petit édicule construit par la générosité de la matrone Poménie en 376, âge d’or du Christianisme en Palestine, et à l’extérieur. Malheureusement, le lieu a été transformé en mosquée en 1187. Depuis lors, les  droits  des chrétiens y sont réduits au minimum. De notre temps aussi, les pèlerins chrétiens qui veulent visiter le site doivent payer les frais d’entrée aux Musulmans du coin. Même cérémonie pour le Tombeau de Lazare. Le Cénacle lui-même ne se sauve pas : en bas, c’est le prétendu Tombeau de David (qui avait pourtant été enterré à l’Ophel !) ; en haut, précisément « la chambre haute » était devenue mosquée, donc impossibilité de dire la Messe là où Jésus avait célébré sa première Messe pendant son dernier dîner !

 

Détruire, supprimer, cacher les signes et les sanctuaires chrétiens !

Pas d’histoires : le dessein ici n’est pas du tout de susciter la haine ou l’animosité, mais simplement démontrer, par a plus b, que le processus de « déchristianisation », cruel et violent au Moyen-Orient (surtout Syrie et Irak), en extrême Orient et en Afrique, est substantiellement le même, plus subtil et plus sournois, en Occident où, depuis des décennies ou plutôt un siècle et demi, en France ou en « Union soviétique »…, on élimine systématiquement les signes et les symboles chrétiens (dernièrement en Allemagne aussi), jamais les autres symboles ! A1lez toucher au ramadan ou à l’Etoile de David ! En Allemagne maintenant, des croix d’églises sont supprimées, mais ont été introduits des signes pour indiquer la direction de la Mecque (rapport d’Alitheia).

L’on comprend moins cette élimination quand elle vient de « bons catholiques », plutôt bons que catholiques, sous prétexte de « respect pour les autres » ! Au fond, il s’agit d’un indifférentisme religieux caché, où le Christ et l’Evangile sont sacrifiés sur l’autel de « l’humanisme ». Mais, Jésus avait déclaré : « Qui me renie devant les hommes, je le renierai devant mon Père céleste » ! Et puis, – faut-il le répéter à l’infini, au moins les Musulmans ne nous respecteront jamais si nous enlevons nos signes religieux pour leur plaire. Non seulement voient-ils que nous ne tenons pas à notre foi, mais ils doutent aussi que nous puissions vraiment respecter la leur. Ou pire : chaque concession que nous faisons aux Musulmans, en domaine religieux, les réjouit parce que « l’islam triomphe » mais aussi et surtout parce qu’ils interprètent nos gestes comme une reconnaissance directe, immédiate et solennelle de la fausseté de notre religion ! Ils « raisonnent » comme suit : « Les nazaréens sont tellement et ouvertement convaincus que leur religion n’est pas la bonne qu’ils nous cèdent leurs lieux de culte et enlèvent leurs symboles, en faveur de la « religion de vérité » !

Ici, nous n’entrons pas dans les autres anomalies qu’apporte le laïcisme, ainsi que la « dictature du relativisme », au point de vue anthropologique et civil : « par haine du Christianisme », ce sont les citoyens (en majorité chrétiens) qui doivent s’adapter aux réfugiés et aux étrangers, idéalisés et divinisés, presque. Or, la logique et le bon sens exigent absolument que l’étranger s’adapte et que le réfugié soit reconnaissant !

 

Objection à propos de l’Ascension : pas vraie : il s’agit seulement d’une glose de l’évangile de Marc (16, 19)

Tout de suite une objection passe-partout : mais qu’est-ce que cela nous importe du point de vue de la vie spirituelle ? Eh bien, cela importe beaucoup ! Si Christ n’est pas ressuscité, « vaine est notre foi, vide notre prédication » ; s’il n’est pas monté au ciel, donc on nous fait croire au Père Noël ! Christ est la Vérité, sa parole et sa vie son « esprit et vie », impossibles sans vérité.

Scientifiquement, la finale de Marc (16 : 9-19), qui se trouve dans des manuscrits postérieurs comme l’alexandrin, l’ephraïmite et celui de Bèze… ne vient pas de la main de « l’interprète de Pierre ». Néanmoins, le fait réel de l’Ascension du Seigneur est relaté aussi dans l’évangile de Luc (24, 52 s) et dans les Actes (1, 10- 11), sans compter des allusions chez saint Jean.

 

Conclusion spirituelle

L’équilibre christologique, apostolique et chrétien consiste à regarder vers le ciel, avec les pieds sur terre. L’ange dit aux apôtres ébahis, la bouche ouverte, à peu près ceci (les expressions suivantes sont empruntées à un prêtre français) : « Hommes de Galilée (les femmes doivent suivre ou rester à la maison !), que faites-vous là le nez en l’air ? Votre tâche est à vos pieds ! Allez les gars : vous avez vu, témoignez ! Vous avez contemplé : annoncez » ! Et je dirais même plus, à la belge des Frères Dupont et Dupond, Belges d’avant l’attentat : « Annoncez et dénoncez ! Et que personne ne vous ferme la bouche puisqu’elle est maintenant grand-ouverte» !

Saint Jean-Baptiste de La Salle (dont nous venons de célébrer l’anniversaire de la naissance à Reims) nous donne, entre autres, cet équilibre : dans un tableau, il est présenté comme ouvrant une Bible à un enfant en lui montrant le ciel.

Nous pouvons noter en passant

que l’ascension de Mahomet n’est pas mentionnée dans le Coran. A propos du voyage nocturne « de la mosquée sacrée à  la plus lointaine », les traditions ne s’accordent pas : a-t-il eu lieu physiquement ou « seulement en esprit », d’après Aïchah, la plus jeune épouse de Mahomet, mariée à 9 ans.

 

Quelques réflexions sur les lectures du 7 ème dimanche de Pâques C

Vous l’avez remarqué : la mentalité orientale essaie de réconcilier et ne tranche pas volontiers ! Ce dimanche : est-ce l’Ascension transposée ou le 7 ème dimanche de Pâques ? Pour contenter tout le monde, voici quelques pensées sur les lectures du dimanche. La solution est : que nos pays deviennent plus résolument et moins timidement chrétiens, « qui qu’on die » (à la Molière !), et que nous célébrions l’Ascension le jeudi, et le dimanche le dimanche ! Ah, mais nos Etats sont laïcs  sans appel. Si je ne m’abuse, l’Ascension est fête chômée en Allemagne (avant qu’elle devienne turco-afghano-syrienne).

 

Au Cénacle, les apôtres « avec quelques femmes et Marie la mère de Jésus » (Ac 1, 14)

Après l’Ascension de Jésus, les apôtres reviennent du Mont des Oliviers (il paraît que cet arbre venait de l’Arménie deux mille ans auparavant) et « montent » à la chambre haute. Un seul cœur ! Prière et réflexion. Mais ce n’est pas une activité exclusivement et jalousement masculine, comme on la voyait chez les Juifs contemporains et les Musulmans actuels aussi. L’élément féminin est incontournable depuis l’Annonciation ou plutôt depuis la création d’Eve. Mais pendant des siècles les hommes, au masculin, avaient fait la sourde oreille : Dieu masculin, prophètes masculins sauf rares exceptions qui confirmaient la règle ; remerciement hébreu, tous les matins, à jeun, de ne pas avoir été créé femme… Et on vous en passe.

Les femmes présentes : pas pour le décor, pas pour le plaisir et le service humiliant, pas pour la mise en scène (qui d’ailleurs aurait été fâcheusement révolutionnaire) mais dans « l’humanisme intégral » du Christ et de l’Evangile : la femme égale à l’homme, sœur dans le labeur apostolique ! Ce n’est pas fini ! L’Homme parfait est le fils de la Femme parfaite (fils de l’homme aussi, mais pas physiologiquement !) Et elle est là : présente sous la croix, présente au Cénacle et, désormais, jamais absente ! La Femme par excellence, celle que Goethe chantait et dont il déclarait : « La femme éternelle nous attire vers les hauteurs » « Das ewig weibliche zieht uns hinab ». Prions que cette phrase magistrale de Goethe ne soit pas supprimée « par respect pour les Musulmans » !

 

Conclusion spirituelle et ecclésiale

Pas de Jésus sans Marie ; pas d’Eglise sans la sainte Vierge ; pas de conseil apostolique sans la Mère du Seigneur, Mère de l’Eglise. Pas de Pentecôte, pas d’Esprit Saint sans la présence de Marie ! Pas de « Notre Père » sans le « Je vous salue Marie » ! Entre autres saints, Louis-Marie Grignon de Montfort nous l’enseigne dans ses écrits et dans ses actions.

 

Jn 17, 20- 26 : Toujours l’équilibre  chrétien: dans le monde mais pas du monde ni en dehors du monde

« La vie éternelle est qu’ils Te connaissent » : donc la vie chrétienne est d’abord connaissance du Seigneur ensuite amour universel, vertical et horizontal. Pas d’amour sans connaissance, pas de connaissance sans amour : autrement, on aurait deux formes de déséquilibre où la pauvre nature humaine se balance et se berce de temps en temps, pour ne pas dire souvent.

Par contre, « le monde ne T’a pas connu », Père saint. Mais eux, les Disciples, T’ont connu. Ils ont donc le devoir de te faire connaître, sans sortir du monde, sans jamais être « à côté de la plaque » !

Jn 17, Christ ne se trouve plus physiquement dans ce monde (sauf dans les Tabernacles et sur les autels), mais les chrétiens se trouvent encore sur terre, malgré les efforts assidus et systématiques pour les en éliminer.

 

Conclusion générale

En hébreu et en araméen, le mot « ‘olam » ou « ‘alam » עלם signifie en même temps « monde » et « éternité » ou « siècle ». Or, le monde est éphémère ! La même racine veut dire : « caché » ! Or, il se veut la seule réalité qui paraisse !

C’est dans le Christ ressuscité que le monde éphémère devient une éternité de bonheur et que ce qui est caché se rend manifeste. En supposant que Jésus savait le grec (langue en laquelle il se serait entretenu avec Pilate), sans « perdre son latin », nous pouvons pieusement supposer et affirmer : Jésus a rendu le monde « beau » du grec « kosmos κόσμος » et « pur », du latin « mundus ». Il inaugure la nouvelle humanité (Col 1, 15 -16). Et, même si, franchement, nous ne sommes pas pressés de le voir revenir, disons avec confiance et enthousiasme « Marana ta מרנא תא « , « Notre-Seigneur, viens ! » (Ap 22, 20).

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.