Homélie du 28ème Dimanche de l’année C 2019

Guérison en Syrie, reconnaissance en Samarie :

Double victoire sur le fanatisme religieux et le racisme

(2 (4) R 5 : 14-17 ; Lc 17, 11-19)

(par P. P. Madros)

 

Le chef de l’armée du roi d’Aram, un certain Na’amân, obtient la purification de sa lèpre, après s’être lavé, sept fois, dans l’eau du Jourdain. Grâce à Jésus, nouveau Josué (cependant non belliqueux), nous aussi nous avons été « lavés, purifiés » de la lèpre du péché originel et de nos péchés personnels (cf 1 Cor 6, 11). Le petit prophète, intermédiaire de la guérison du Syrien, s’appelait « Elisée », signifiant « Dieu a sauvé », nom étymologiquement fort semblable à Jésus, Yehosoua’, « Yahweh sauve ». Ne manquons pas l’occasion de demander, supplier, avec force intercessions et larmes, le salut des peuples araméen et assyrien, en Syrie et en Irak en particulier, afin que le fléau de la lèpre des homicides et des génocides cesse finalement, ainsi que le flux des déplacés et des réfugiés qui ont le droit de vivre chez eux, non pas à l’étranger, comme des hôtes de seconde catégorie ou des parasites. Rendons-nous physiquement ou spirituellement au fleuve Jourdain. Prions pour la délivrance et la purification de toute l’humanité, ainsi que pour son passage à la « Terre promise » métaphorique et éternelle.

L’on peut souligner au passage que le brave Syrien, notre fameux Na’amân, n’était pas commode et que c’est par un coup de pouce de la divine miséricorde, presque à bout de patience, qu’il a été purifié, malgré sa réticence. Le texte biblique est pittoresque ! Lisons-le avec un sourire : « Elisée envoie un message au dignitaire syrien : Va te baigner sept fois dans le Jourdain ». (Notre bonhomme, le fier Araméen) s’en va, irrité ! Il rouspète : « Est-ce que les fleuves de Damas, l’Abana et le Parpar, ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ? » (2 (4) R 5, 10- 12). Cela s’appelle du racisme, de l’orgueil national. Mais, ce sentiment ultra-national n’aveugle pas notre chef d’état-major ! Il a la lucidité d’écouter ses conseillers : au fond, ce n’était pas la mer à boire ! Se baigner ne constituait pas une corvée insupportable ni excessivement humiliante.

Il s’exécute, non sans murmurer ! Et la guérison advient, instantanée ! Sa profession de foi ne tarde pas à s’exprimer, toute haute : « Oui, je sais désormais qu’il n’y a pas de Dieu par toute la terre sauf en Israël ! » Le Coran (10 : 90 s), comme dans les récits rabbiniques, surtout les « Passages de Rabbi Eliezer », fait dire à Pharaon, après le miracle du passage de la Mer des Roseaux : « J’ai cru qu’il n’est de dieu que celui en qui ont cru les fils d’Israël. Je suis au nombre des ‘soumis’ (littéralement « musulmans »).

Dans un jeu de mots, non avenu dans l’original, l’on pourrait dire que le stratège syrien, d « ‘agréable, plaisant » qu’il était « na’aman, avec la lettre gutturale ‘ayn, devient « croyant, fidèle » « neeman » נעמן – נאמן. Une autre coïncidence verbale peut frapper les esprits : Na’aman « s’était baigné » dans le Jourdain. En hébreu moderne, pour le baptême, nous utilisons le même verbe, avec la racine tbl טבל. Il a été « baptisé », avant la lettre !

 

Jésus aussi surmonte le racisme : Luc 17, 11- 19

L’Eternel Nazaréen est d’une divine audace. Ici, il ne se contente pas de proposer un Samaritain imaginaire, en parabole, comme modèle de compassion, moralement bien supérieur à la plus haute hiérarchie sacerdotale hébraïque (Luc 10, 25 ss). Il guérit ou mieux purifie dix lépreux, dont un Samaritain, en chair et en os. Jésus ne fait pas de baratin, contredit par les actes, comme dans quelques campagnes électorales : jamais ! Dans le monde réel, il fait toucher du doigt un fait inattendu et quelque peu cruel : neuf lépreux Juifs, par lui guéris, font partie des purs et des durs ; maintenant plus « purs » que jamais ! Pourtant, ils tournent le dos au thaumaturge de Galilée.

Ils n’ont pas remercié ! Peut-être croyaient-ils, dans un léger complexe de supériorité, que « tout leur était dû » (Ils ne sont pas les seuls à le penser !) « Ben, on fait partie du peuple élu ! On a des droits ! Pas étrange que les prophètes, y compris Jésus, se décarcassent pour nous ! » L’ex lépreux Samaritain, lui, revient pour remercier Jésus, un « Galiléen » d’origine judéenne. Dans la profonde gratitude du miraculé, exprimée tout haut, il fait un grand pas en arrière qui en fait est un pas en avant. L’on peut détecter une grande humilité et probablement aussi la surprise de se voir purifié, même s’il était une bête noire, un schismatique, un faux frère… Au fond, il aurait suffi de penser à Elisée qui, figure du Christ, a eu la bonté et la largesse d’esprit de « purifier un étranger » même dédaigneux ! Elie, le maître de cette école prophétique, n’avait pas non plus hésité à secourir une femme de Tyr…

Ah, la gratitude !

Que perdons-nous quand nous remercions, quand nous reconnaissons les bienfaits ? Comme l’écrit magistralement Antonio Socci, « Recherches du Jésus », l’humanité ne saura jamais assez mesurer ce qu’elle doit au Christ ! Dans un moindre degré, l’Occident, même sécularisé ou laïc, voire athée, doit une fière chandelle à l’Eglise, surtout aux moines. Peut-être est-il grand temps, dans cette phase tragique de déchristianisation et de « guerre mondiale contre la famille », de relire l’Evangile afin de découvrir, une fois de plus, la grandeur unique du Nazaréen, « principe et auteur de notre salut », « maître de notre vie et de notre bonheur », et de mieux connaître l’Eglise, « maison du Dieu vivant (que l’on ne pourra jamais tuer), colonne et fondement de la vérité », principe de liberté et de civilisation. Sans triomphalisme, sans fanatisme, sans arbitraire, mais avec preuves à l’appui, « il n’y a rien à faire » : le premier pape l’a crié à tue-tête : «  Sous le ciel, aucun autre nom que celui de Jésus de Nazareth n’a été donné à l’humanité afin qu’elle puisse obtenir le salut » (cf Actes 4, 12).

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.